De l’utilité d’avoir une communauté et du sens de son existence

Dans une vie antérieure, je réalisai un mémoire sur la désobéissance civile tandis qu’un pair travaillait sur l’utilitarisme. Nous concourions pour une allocation de recherche. Devinez qui l’a emporté? L’utilitarisme bien sûr. Hm!

Pourquoi cette introduction me direz-vous? Parce que j’avais envie de partager cette anecdote avec vous, qu’il n’y a pas nécessairement d’antagonisme entre les notions d’utilitarisme et de désobéissance qui me semblent avoir du sens lorsque l’on parle de communauté.

Consommatrice de revues diverses et variées, il n’est maintenant plus rare de tomber sur l’incantation magique « construisez votre communauté! » ou « vous avez une communauté, agitez-la! » comme s’il s’agissait d’un jeu de Lego ou d’une bouteille de soda dont on devait remuer la pulpe parce que sinon elle reste au fond (et c’est moins bon). Oui mais voilà, une communauté est constituée d’individus pensant et agissant selon leur libre arbitre et si un jour ils ont envie de vous suivre, demain il peut en être autrement pour toute raison qui leur semblera valable.. et peu importe que vous la jugiez légitime ou non.

J’aime le slogan de La Netscouade « communautez! » et connaissant suffisamment les cerveaux qui s’agitent dans cet escadron, j’ai pu constater que, loin d’être une pensée magique, ils l’adressent avec intelligence. De surcroît, cette formulation inclut celui à qui elle s’adresse, comme une manière de dire, vous voulez créer une communauté, très bien, mais n’oubliez pas que vous devez vous y impliquer ;)

Au passage cela me rappelle une interview que j’ai réalisée il y a quelques temps. J’interrogeais Sylvie Clément sur l’histoire d’un de ses forums, celui de Maximômes, le site des familles nombreuses. Je la questionnais sur son positionnement et son implication personnelle car de simple membre, elle en est devenue la community manager respectée et choisie par les adhérentes. Mais se sent-elle du coup toujours membre ?

« Oui quand j’ai besoin d’une information sur les familles nombreuses c’est d’abord sur mon forum que je vais la chercher »

Tout cela pour dire que la communauté n’est ni une panacée, ni un objet manipulable, comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire : on ne commande pas une communauté, on l’invite. On ne l’enferme pas, on lui offre les raisons de rester.

Créer une communauté doit avoir du sens pour la communauté elle-même, c’est-à-dire qu’elle doit pouvoir discerner rapidement l’intérêt commun auquel elle peut et a envie de contribuer. L’organisation (entreprise, association, parti politique…) qui la construit doit aussi le percevoir car une communauté ça prend du temps donc de l’argent.

Une communauté pour exister doit avoir du sens sous peine d’être juste l’expression d’un rassemblement numériquement attrayant mais socialement infertile.

Sommes-nous si éloignés de ma petite phrase introductive ? ;)

Crédit image CC : Frédéric Bisson

Share

Vous pouvez aussi lire :

Ecrire un commentaire ou faire un trackback depuis votre site.

10 Commentaires à “De l’utilité d’avoir une communauté et du sens de son existence”

  • Zut, pas de bouton « Like »

    Pas non plus de +1 …

    Bon, c’est une excellente application du lacher prise en gestion de communautés :) Par contre, du coup, je ne saisis pas bien le « avoir une communauté » en titre, puisque tu parles d’incitation :)

  • Michel dit :

    Bonjour,

    Belle conclusion : l’infertilité nous guette.
    Que les marques fassent dans le cyber espace ce qu’elles commettent déjà dans l’espace publicitaire: de l’occupation par le « vide » est un risque.
    Il restera maîtrisé tant que le libre arbtre pourra s’exercer dans le domaine communautaire.

    Sur la constitution d’une communauté, je partagerai juste ma modeste expérience.
    Lorsque j’ai débuté le site dédié au conseil syndical de copropriété, je n’avais pas pour ambition de créer une communauté.
    Je voulais juste tester ma capacité à susciter l’intérêt sur un sujet pas spécialement « ludique ».

    Un an et demi plus tard, nous sommes sur le point de lancer un forum, car nos abonnés utilise les commentaires pour dialoguer entre eux et agir/réagir aux sujets lancés.

    Nous avons donc créé, presque sans le vouloir, un lieu pour qu’une communauté puisse se retrouver,

    Michel

  • @Benoît >> Merci pour ton commentaire! ;) Oui oui j’assume mon titre on veut souvent « avoir » sans s’interroger sur le sens de la possession… si tant est que l’on possède une communauté.. :) [va falloir que j'installe un "like" c'est ça le message subliminal? :P ]

    @Michel >> Merci de ta visite et ton commentaire Michel! Je suis en effet à distance l’évolution de ta communauté et je pense qu’il y a de très belles perspectives, il manque un petit grain de sel pour pimenter mais c’est une des belles réussites que j’observe. Patience et humilité, j’aime. Bravo pour le boulot que tu réalises car en effet le sujet n’est a priori ni ludique ni sexy. A suivre et à faire grandir ;)

  • Merci pour la référence :-)
    L’intérêt commun et le libre-arbitre, tout un programme ! C’est ce qui fait le sel de ce type d’activité…

  • @Sylvie aka Oelita >> Merci à toi!! Oui tout un programme comme tu dis et j’espère bien développer un peu plus dans d’autres billets. Par ailleurs il y aura encore de l’oelita dans mes billets et ailleurs ;) , quelle interview passionnante ce fut! A suivre donc..

  • Peg Rhodes dit :

    Being part of a community gives us a sense of belonging, but I think everyone knows there is a part of us wants to be an individual which leads to civil disobedience in some, but without the community there would be no structure

  • Peg thx for your comment!!
    I agree with you! Disobedience is one of my favorites subjects! :)

Ecrire un commentaire

Subscribe to RSS Feed Suivez-moi sur Twitter!
SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline