How to start a movement? : écritures croisées Community Management – Entrepreneuriat

Tout a commencé par une rencontre…

Deux profils différents, deux parcours différents, deux métiers différents.
Et pourtant, « La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents. » [Gandhi]

Des échanges de commentaires puis de mails :
Elle : « si tu veux qu’on écrive ensemble, donne-moi un thème et la manière dont tu veux que l’on procède.. »

Lui : « Check une vidéo de TED : how to start a movement? On pourrait aborder cette vidéo, chacun selon son angle : toi, Community Management et moi, Entrepreneur. Non? »

Elle : « Si! » [et elle se met à chercher la vidéo TED en question et trouve ensuite le film original, support de la démonstration de Derek Sivers, parce qu'il faut toujours remonter à la source].

Un google doc après, les premiers mots posés sont :

Elle : « Go, Go, Go !! Start the movement, en somme… »

[Et pour partager au mieux nos communautés, brasser les savoirs - toujours dans l'esprit TED - nous avons opté pour une écriture partagée et croisée i.e. Catherine (a.k.a. Elle) intervient sur le blog de JN (a.k.a. Lui) et Lui intervient sur le blog d'Elle. Facile, non? Bonne double-lecture à tous!]

How to start a movement with a startup?

par Jean-Noël Chaintreuil


Tignous

Croire en soi (a.k.a. Ne pas avoir peur du vide)

J. Nicolas – Galilée devant le Saint-Office – 1632 – Louvre

Juste quelques mots, une parole, une amorce et l’idée prend forme, se niche dans un coin de notre tête, pour lentement mûrir. Et les ennuis, avec elle; car, il en faut du courage, de la ténacité et de la persévérance pour pouvoir affronter tel un roseau (qui plie mais ne rompt pas) la méfiance et les incertitudes de son entourage et de ses pairs.

A l’image de Galilée, vous allez devoir défendre votre entreprise (et vous, à travers elle) devant plusieurs personnes parfois réfractaires ou simplement non réceptives.

Votre idée n’est peut-être pas la meilleure du siècle, elle est incomplète, certes, mais elle ne demande qu’à évoluer. Vous devez la soumettre à d’autres, pour l’enrichir, la challenger et ce, malgré l’indifférence ou les critiques.

Pour ça, une bonne dose de croyance en soi est indispensable. Elle permet de dégager une confiance qui renvoie le message : « Mon entreprise tient la route. JE tiens la route. Je suis là , pour aller de l’avant, avec vous. C’est une opportunité parfaite pour vous. Je pourrais trouver quelqu’un d’autre, mais je viens vers vous… »

« Quand on arrive à vaincre ses peurs et à croire en soi, bien sur il y aura des hauts et des bas, mais quel champ d’action merveilleux qu’a. Le monde s’offre à nous. Entreprendre c’est avant tout un état d’esprit. » (Marc, entrepreneur français à Jakarta)

Communiquer par tous les moyens (a.k.a. Ne pas avoir peur du ridicule)

Crédit : Michel et Augustin

Votre entreprise ne tiendra que si vous avez des clients. Et vos clients ne viendront vous voir que si, eux, vous connaissent.
« Peu importe qui tu connais, le plus important est qui te connait. »

La communication est donc la clef de réussite de votre lancement. Vous devez donc être présent au four et au moulin (mais de manière intelligente) i.e. sur les médias sociaux (twitter, facebook…) et sur les médias traditionnels ainsi que sur les salons ou autres conférences.

S’il vous semble opportun pour vous faire connaître, accroître votre réseau de prospects ou signer un client, de vous mettre à danser – ou de vous déguiser en vache – alors faites-le!

Chercher du renfort (a.k.a. Ne pas avoir peur de partager)

Crédit : Clevver.com

Sachez demander de l’aide

Souvent un brin fier et orgueilleux, l’entrepreneur pense pouvoir mener de front de multiples tâches. Pourtant, demander de l’aide (tant financière qu’humaine) présente un réel avantage pour l’entreprise.
Financièrement, les créateurs qui ont obtenu un prêt bancaire sont plus nombreux à être encore en activité au bout de trois ans (73 % contre 62 %)
En amont de la création, les entreprises dont le créateur a été assisté dans la mise en place du projet sont plus nombreuses à fêter leur troisième anniversaire (72 %) que celles dont le créateur a réalisé seul le montage (66 %).
Cet accompagnement peut être réalisé par un membre de la famille, un ancien collègue, un coach ou un réseau d’aide à la création.

(source des chiffres : APCE 2008)

Savoir trouver des complémentaires (i.e. bien s’associer) est une condition vitale

A la pêche, pêche, pêche…à l’associé! (Crédit : Mariage Original)

S’associer pour se compléter, pour étendre ses réseaux, pour ne pas être seul (et oui, car, avec une bonne équipe, on peut tout faire!)
Le taux de pérennité d’une entreprise avec des associés qui co-dirigent grimpe ainsi à 74 % contre 68 % pour ceux qui dirigent seul.

(source des chiffres : APCE 2008)

Gérer les changements de rythme (a.k.a. Ne pas avoir peur d’échouer)

Crédit : PicDit

Se lancer dans la création, c’est un peu comme être sur des montagnes russes.
On commence par être en ligne, cernés devant et derrière, un peu anxieux voire angoissé.
Puis, on essaye de s’installer sur un siège inconfortable.
La montée se fait doucement, presque délicatement et soudain, on plonge à vive allure.
Une fois, deux fois… Parfois, un looping… Parfois dans l’eau…

Fi de la métaphore, tout comme le montre la vidéo, le rythme n’est pas linéaire et il existe plus d’un moment où l’entrepreneur peut baisser les bras (le fameux Dip de Seth Godin).

Il faut donc accepter ses moments de stagnation entrepreneuriale pour pouvoir penser au plus juste ses stratégies, anticiper ses prochaines actions et se recharger.

Car, il existe également, ce moment béni des dieux où tout bascule – où tout le monde se lève pour vous suivre – et où vos clients se démultiplient et vos VC délient leurs bourses.

Peggy André (patronne de bagatelles.fr et de laccrodushopping.com) en parle de manière sincère et juste, sur le blog enviedentreprendre.

Tout a commencé par une rencontre…

Elle : « Lui c’est Jean-Noël Chaintreuil qui pense, écrit, enseigne et partage sur l’entreprise, les stratégies, les livres, l’humain. Vous pouvez le retrouver sur son blog ou son twitter. Et pour lire ce que j’ai écrit sur le sujet, rendez-vous sur son blog ;)  »
Share

Vous pouvez aussi lire :

Ecrire un commentaire ou faire un trackback depuis votre site.

3 Commentaires à “How to start a movement? : écritures croisées Community Management – Entrepreneuriat”

Ecrire un commentaire

Subscribe to RSS Feed Suivez-moi sur Twitter!
SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline